Borgo à travers l’Histoire

Un premier foyer de peuplement voit le jour progressivement avec la sédentarisation de colonies agricoles. Les romains puis les étrusques affectionnaient la côte orientale de l’île riche en terres fertiles. Ils développèrent différentes cultures sur la rive gauche du Golo. Ce fleuve qui est le plus grand de Corse se jetait alors dans l’étang de Chiurlinu. Depuis plusieurs siècles, il se jette directement dans la mer.
Après la chute de l’Empire Romain, les pillards vont menacer le territoire. Les attaques de barbares et de pirates inciteront la population à migrer vers les sommets. Les bourgades côtières sont détruites une à une par les razzias. La géographie va conditionner l’histoire et le village de Borgo s’érigera sur une crête dont il occupe toute la largeur, dominant la plaine permettant ainsi d’avoir un point de vue sur les alentours. Ce promontoire considéré comme inaccessible assurera la défense du village. Un autre phénomène déterminera une installation sur les hauteurs : la malaria qui sévissait dans les plaines marécageuses.
Dans la période de l’ancien régime, dans la partie inférieure du village, vont être construits un petit fort et une tour de garde. Le premier est visible dans un document iconographique daté de 1668.
Vers 1500, on venait de toute l’île afin de présenter le bétail à Saint Appien. Avant d’être un martyr et de devenir Evêque d’Alexandrie cet homme fut maréchal ferrant. Il forgea une clef qui une fois posée sur le front de l’animal était supposée guérir les plus faibles. Saint Appien est depuis lors Saint Patron de la ville. Sa fête est célébrée tous les 13 Novembre.
En 1738 eurent lieu ce l’on nomma « les Vêpres Corses ». Gènes demanda au roi de France, Louis XV son aide afin de lutter contre les assauts Corses. Ceci sera mis en forme avec le traité de Versailles du 12 juillet 1737. Le Comte de Boissieux arrive par Saint-Florent avec six régiments de trois mille soldats. Plusieurs foyers de résistance se mirent en place.

L’église paroissiale de l’Annonciation érigée au 17éme siècle située au centre du village est classée à l’inventaire des monuments historiques depuis 1988. Elle comporte des œuvres du peintre Giacomo Grandi. L’une de ses toiles représente l’annonciation de Saint Appien. La dépouille du peintre est entreposée dans l’église paroissiale.
Le premier baptême répertorié dans le registre d’état civil fut célébré en 1771.

Document iconographique réalisé par l’Abbé Galletti.
Ce document réalisé par l’abbé Galletti représentant l’époque Paoline illustre la bataille de Borgo qui eut lieu le 8 octobre 1768. A l’extrême gauche de ce document on peut apercevoir l’église de Saint Appien dont le clocher s’est effondré en 1972.

Photo de St-Exupéry rentrant d’une de ses dernières missions. Terrain de Borgo 1944

Le 31 juillet 1944 très tôt au matin le pilote et poète Antoine de Saint-Exupéry décolle à bord de son P-38 Lightning F5B, un monoplace de 6 tonnes à double fuselage, de l’aérodrome de Borgo pour une mission de reconnaissance au dessus des Hautes-Alpes. A quelques mètres de l’église du village, on peut trouver une plaque commémorant sa disparition.

Economie et société
La ville de Borgo connait une expansion démographique importante depuis ces dix dernières années.
Cependant cet essor démographique n’est pas récent, le nombre d’habitant n’a pas cessé de croitre tout au long de son histoire.
Sous l’Ancien Régime.
A l’époque le décompte des habitants était effectué par les paroisses.
Année
1646
1729
1740
1761
1770
1787
Nbre d’Hab.
500
174
125
370
265
389
Epoque contemporaine.
1793
1800
1806
1821
1831
1836
1841
1846
1851
431
459
430
589
627
687
675
677
1856
1861
1866
1872
1876
1881
1886
1891
1896
690
761
717
787
717
723
803
849
903
1901
1906
1911
1921
1926
1931
1936
1946
1954
959
1203
1023
746
714
789
806
725
913
1962
1968
1975
1982
1990
1999
2006
2007
726
1600
2650
3413
3773
5002
6750
7110
Statistiques : 51,1% hommes ; 48,9 % de femmes. D’une manière générale à l’échelle nationale, les femmes sont statistiquement plus nombreuses que les hommes. Cet écart en faveur des hommes s’explique par la présence de la maison d’arrêt.
(Source donnée INSEE).
 
Commentaire.
Le fléchissement de la fin du dix neuvième siècle se fit peu sentir dans la commune de Borgo. A cette époque de nombreuses villes de l’île subirent un exode sans précédant. Les insulaires voulaient alors fuir la pauvreté. La Corse a payé un lourd tribut lors de la première guerre mondiale. La baisse du nombre d’habitants à partir de 1911 est liée à la perte d’hommes. L’expansion démographique prit son essor à partir des années soixante. La population de Borgo a doublé en trente ans.